La dérive du non-genre devient incroyablement pitoyable

Y a-t-il du LSD dans notre soupe? Je ne cesse de m’étonner par ces nouvelles façons de se rendre ridicule. La dérive du non-genre devient incroyablement pitoyable.

Céline Dion se lance dans la mode pour enfants

Cette semaine, notre Céline nationale se lance dans la mode non genrée pour enfant. Fini le rose et le bleu, enfin le noir et le vert. Selon elle, ce sera en quelque sorte à l’enfant de décider s’il veut être fille ou garçon, comme si nos enfants avaient le cerveau assez développé et la connaissance pour en décider.

Je ne veux pas avoir l’air d’un rabat-joie, mais on rentre les enfants à l’école vers cinq ans, dans le but de leur donner les connaissances, les outils et la formation nécessaire pour faire des choix éclairés à la fin de l’adolescence, alors qu’à partir du même âge et avant, ils peuvent décider s’ils sont filles, garçons ou pot de moutarde?

Un transgenre à la tête de la Fédération des femmes du Québec

En même temps, nous avons un transgenre à la tête de la Fédération des femmes du Québec. Une personne nous disant être aussi femme que toutes les autres. Bien non… Je n’ai rien contre le fait que des personnes changent de sexe, mais dire se sentir plus femme ou plus homme que ceux et celles qu’ils représentent, on se garde une petite gêne, demeurons modestes.

Notre société, branchée maintenant, s’extasie devant des vedettes qui n’ont qu’à dire des niaiseries et faire des pitreries pour attirer l’attention de d’autres indécis du genre.

Pour ceux dont l’histoire ne commence pas avec leur naissance, je parle ici des gens de plus de quarante ans, vous vous souviendrez probablement des grands courants de l’Histoire à partir des Grecs et des Romains. La décadence, c’est aussi le manque de rigueur, le manque de respect, le manque de parole, le manque d’empathie, la fluidité des genres, le nombrilisme et l’égocentrisme.

Un je-m’en-foutisme généralisé

Tout cela mènent infailliblement vers un je-m’en-foutisme généralisé de la part d’une société qui se renouvelle et se remodèle. Il y a maintenant des gens pour défendre la pédophilie; d’autres se battent pour changer leur date de naissance dans le but de se rajeunir; certains ne veulent pas inscrire le sexe de l’enfant, ils choisiront plus tard.

Maintenant, à l’UQAM, les étudiants pourront choisir leur prénom sur la carte d’étudiant dans le but de faciliter l’intégration. Si à l’université tu n’as pas encore commencé à t’intégrer à la société, tu as un tout petit problème. On n’est plus au primaire ou au secondaire. C’est comme dire, que les autres étudiants sont si bornés qu’ils ne pourront comprendre ton nom.

Je suis persuadé que c’est un non-problème, les étudiants ont toujours trouvés entre eux un code qui satisfait tout le monde. Je serais porté à dire aux recteurs : de quoi je me mêle? Vous en avez plein les bras avec les vandales, réglez les vrais problèmes.

Non, je ne fais pas dans l’âgisme, je constate tout simplement ce délabrement que même certains jeunes déplorent. En art visuel, télé, cinéma, chanson, là ou tous les jeunes ont les yeux fixés. Les idoles, les icônes, les modèles sont de plus en plus androgynes, des filets-voix qui ne se distinguent plus des autres. Des gens formatés qui croient par leur façon de vivre sortir de l’ordinaire.

La dérive du non-genre : plusieurs disent maintenant tomber en amour avec l’âme d’une personne

Plusieurs disent maintenant tomber en amour avec l’âme d’une personne, plutôt du sexe qu’elle représente. Euh, le mot pour cela, est bisexuel, pas non genré. Et pour les émissions de baise à la télé, on appelle ça partouze ou orgie, pas Occupation double.

Le problème n’est pas québécois ou canadien, il part de l’empire du Sud. Mais ici, il se fait criant du fait que nous sommes moins nombreux et nos icônes, plus visibles. Pour ne pas être un puritain, faut-il se lancer dans une dérive qui ne mène à rien?

Pendant ce temps, des milliards d’animaux meurent pour nous nourrir, des millions de gens crèvent de faim. Des dizaines de milliers de migrants doivent trouver une terre d’accueil. La température de la planète monte, les océans se meurent, le plastique nous enterre.

Les civilisations

Souvenez-vous bien comment les civilisations meurent : elles naissent avec de la force et de la détermination, elles avancent et vivent par cette même détermination, puis les générations suivantes n’ayant pas à se battre croient que tout arrive par magie et qu’on leur doit tout. Il y a sur cette terre des êtres humains qui en sont à l’étape de la détermination, pendant que d’autres en sont au stade de la décadence.

Les sources de mon billet

www.journaldemontreal.com
www.journaldemontreal.com
www.tvanouvelles.ca

Claude-Aubin-debarque-sur-10-04

Claude Aubin: Sergent détective à la retraite du S.P.V.M., il a travaillé sur les groupes organisés tels la mafia Russe, les groupes Jamaïcains, les Pakistanais et les gangs de rues. Il aura plus de 5,000 arrestations à son palmarès. Puis de 2003 à 2012 il devient chroniqueur au Photo Police, en plus d’écrire trois livres et faire un peu de cinéma. En 2014, il se retrouve blogueur au Huffington Post. Et devient collaborateur au Dixquatre.com

Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus