Registre des armes à feu : État de la situation !

remorquagevd

OPINION | Aujourd’hui est une journée spéciale. Du jamais vu au cours de mes 70 années d’existence : le peuple refuse de respecter une loi votée à l’Assemblée nationale, soit celle sur le registre des armes à feu.

Par : Russel-Aurore Bouchard

Les médias tentent d’en réduire l’importance

Le gouvernement et les médias tentent d’en réduire l’importance en référant aux 1 600 000 d’armes d’épaule contenues dans l’ancien registre, mais la réalité est infiniment plus grave. Ce chiffre représente en fait seulement les trois quarts de la quantité estimée à l’époque, ce qui nous donne déjà 2 000 000 armes d’épaule à peu près au Québec en 2012, quand le registre fédéral a été éliminé. Ajoutons à cela les armes acquises au Québec depuis 2012 par les particuliers, celles achetées dans les autres provinces ainsi que celles des marchands et nous arrivons, au minimum, à environ 2 500 000 armes à feu d’épaule dans notre province.

REGISTRE DES ARMES : ETAT DE LA SITUATION

Perte de confiance envers le gouvernement

À quelques heures de la fin du délai, aujourd’hui le 29 janvier, seulement environ 375 000 armes à feu ont été enregistrées, ce qui représente, dans la réalité des faits, environ 7%. Peu importe la suite, le message est puissant et les conséquences peuvent être lourdes non pas pour les contrevenants, mais pour les institutions de l’État, la police et la justice. En fait, le message qui ressort de tout ça, est le suivant : 1- Perte de confiance envers le gouvernement ; 2- Perte de confiance envers la police ; 3- Rupture de plus en plus marquée entre le peuple des régions et le peuple de Montréal ; 4- Le peuple vient de comprendre qu’il a un pouvoir très puissant contre un gouvernement qu’il juge injuste à son endroit ; 5- Début d’une fronde contre l’État dans de prochaines circonstances où le peuple se sentira lésé par l’État ; 6- Perte de légitimité du gouvernement et impossibilité de poursuivre son mandat.

La  légitimité de gouverner

Dans de telles circonstances, le gouvernement est placé face à un choix douloureux, vu qu’il a perdu manifestement la légitimité de gouverner : soit qu’il démissionne et en appelle à de nouvelles élections, soit qu’il ouvre à plein régime la machine à répression, soit qu’il décrète un moratoire sur l’actuelle loi pour voir comment il pourrait rapprocher les parties.

De ces trois possibilités, je n’ai aucune réponse. À lui de décider.

Pour vos actualités c’est DixQuatre.com

REGISTRE DES ARMES : ETAT DE LA SITUATION

Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus