Un autochtone fait un bras d’honneur à Trudeau lors d’un chic dîner

William George, membre de la Première Nation Tsleil-Waututh, à Vancouver, s’est levé devant une collecte de fonds de 250 $ par assiette et a qualifié Trudeau de menteur et de leader faible.

Par : Alex Parent 

Le manifestant autochtone opposé à l’extension du pipeline Trans Mountain a interrompu le discours de Trudeau lors d’une collecte de fonds libérale mercredi.

Il a qualifié Trudeau de menteur et de leader faible

« Justin Trudeau, tu es un menteur et un leader faible. Je te traite de menteur et de leader faible parce que tu dis être une féministe quand tu construis des camps pour mille hommes. Les viols et les abus contre les femmes autochtones sont en hausse », a dit l’homme à Trudeau.

« Les leaders du climat ne construisent pas de gazoducs. Tant de nos dirigeants élus en Colombie-Britannique s’opposent au pipeline. Le maire de Vancouver s’est fait arrêter pour s’être opposé à ce pipeline », a-t-il déclaré, se référant à Kennedy Stewart, arrêté l’année dernière alors qu’il était encore député néo-démocrate.

« Je viens de la nation Tsleil-Waututh et nous disons non », a ajouté M. George. « Allez-vous faire passer ce pipeline? »

Points de vue très variés

Trudeau a déclaré que les points de vue étaient très variés et que son gouvernement a toujours eu pour principe d’écouter les divers points de vue et d’essayer de réagir de la meilleure façon possible.

« Nous ne parviendrons jamais à l’unanimité », a-t-il dit.

William George a demandé à Trudeau de rencontrer ses compatriotes et à l’accusé de ne s’asseoir qu’avec des groupes qui souhaitent approuver le projet.

« Vous menacez nos terres et nos eaux. Comment osez-vous apporter cela à travers nos eaux? Ce sont nos routes spirituelles. Vous n’avez pas le droit de nous faire ça », a déclaré l’homme qui a fini par lui faire un bras d’honneur.

Emmené hors de l’hôtel

Trudeau a dit que William George était le bienvenu s’il restait à l’écoute, mais il a finalement été emmené hors de l’hôtel Opus, au centre-ville de Vancouver, par un directeur et un agent de la GRC.

« Vous avez dit votre opinion. Merci, monsieur. Vous pouvez rester si vous voulez; mais si vous voulez participer, laissez-nous continuer. Sinon, passez une bonne journée. Et s’il vous plaît, donnez à tous ceux qui sont dehors mes salutations. Leurs voix sont vraiment importantes à l’approche de la prochaine élection. Merci », a rétorqué Trudeau avec arrogance.

Scandant des slogans anti-pipeline

Des dizaines de manifestants se sont rassemblés à l’extérieur de l’événement, chantant et scandant des slogans anti-pipeline. Les activistes ont contourné l’immeuble dans un camion avec un panneau d’affichage indiquant « Trudeau : pas de canalisations en cas d’urgence climatique ».

250 dollars chacun

Mercredi devant l’hôtel, William George a déclaré que lui et un autre manifestant avaient payé 250 dollars chacun pour assister à la collecte de fonds libérale et qu’il valait la peine d’entrer dans le bâtiment pour exprimer ses préoccupations.

Il a ajouté que Trudeau n’avait répondu à aucune de ses questions.

« C’est frustrant. Il y a beaucoup d’émotions lorsque je vais dans ces salles et que je m’adresse à lui sur un sujet aussi grave », a-t-il dit.

M. George a ajouté qu’il comprenait pourquoi certaines Premières Nations soutenaient le projet de pipeline Trans Mountain.

« Vous envisagez des pays qui ne peuvent plus chasser ou se rassembler. Ils doivent accepter ces offres. »

Le discours de Trudeau a eu lieu lors de la première des deux levées de fonds libérales à Vancouver.

Le gouvernement Trudeau a acheté l’oléoduc Trans Mountain et son projet d’expansion pour 4,5 milliards de dollars. La construction a été suspendue en août dernier après que la Cour d’appel fédérale a annulé le permis fédéral accordé au projet. Le projet permettrait de tripler la capacité actuelle de la région d’Edmonton à Burnaby, en Colombie-Britannique, et d’accroître de sept fois le nombre de pétroliers dans le bras Burrard de Vancouver.

La deuxième collecte de fonds de Trudeau a eu lieu au restaurant Neptune Palace Seafood, où les billets ont coûté 1 500 $ par personne, et 750 $ pour les adultes de moins de 35 ans.

EXCLUSIF : UN MANIFESTANT AUTOCHTONE FAIT UN BRAS D'HONNEUR À TRUDEAU LORS D'UN CHIC DÎNER POUR LE PARTI LIBÉRAL«Justin Trudeau, tu es un menteur et un leader faible», lui a dit l'homme à plusieurs reprisesWilliam George, membre de la Première nation Tsleil-Waututh, à Vancouver, s'est levé devant une collecte de fonds libérale de 250 $ par assiette et a qualifié Trudeau de menteur et de leader faible. Opposé à l'extension du pipeline Trans Mountain, il a interrompu le discours de Trudeau mercredi.«Justin Trudeau, tu es un menteur et un leader faible. Je te traite de menteur et de leader faible parce que tu dit être une féministe quand tu construis des camps pour mille hommes. Les viols et les abus contre les femmes autochtones sont en hausse», a dit l'homme à Trudeau.«Les leaders du climat ne construisent pas de gazoducs. Tant de nos dirigeants élus en Colombie-Britannique s'opposer au pipeline. Le maire de Vancouver s'est fait arrêter pour s'être opposé à ce pipeline», a-t-il déclaré, se référant à Kennedy Stewart, arrêté l'année dernière alors qu'il était encore député néo-démocrate.«Je viens de la nation Tsleil-Waututh et nous disons non», a ajouté M. George. «Allez-vous faire passer ce pipeline?»Trudeau a déclaré que les points de vue étaient très variés et que son gouvernement a toujours eu pour principe d’écouter les divers opinions et d’essayer de réagir de la meilleure façon possible.«Nous ne parviendrons jamais à l’unanimité», a-t-il dit.William George a demandé à Trudeau de rencontrer ses compatriotes et a l'accusé de ne s'asseoir qu'avec des groupes qui souhaitent approuver le projet.«Vous menacez nos terres et nos eaux. Comment osez-vous amener cela à travers nos eaux? Ce sont nos routes spirituelles. Vous n'avez pas le droit de nous faire ça.»Trudeau a dit qu'il était le bienvenu s'il restait à l'écoute, mais il a finalement été emmené hors de l'hôtel Opus, au centre-ville de Vancouver, par un directeur et un agent de la GRC.«Vous avez dit votre version. Merci Monsieur. Vous pouvez rester si vous voulez participer et nous laisser continuer. Sinon, passez une bonne journée. Et s'il vous plaît donner à tous ceux qui sont dehors mes salutations. Leurs voix sont vraiment importantes à l'approche de la prochaine élection. Merci», a dit Trudeau avec arrogance.Des dizaines de manifestants se sont rassemblés à l'extérieur de l'événement, chantant et scandant des slogans anti-pipeline. Les activistes ont contourné l'immeuble dans un camion avec un panneau d'affichage indiquant «Trudeau: pas de canalisations en cas d'urgence climatique».Mercredi devant l'hôtel, William George a déclaré que lui et un autre manifestant avaient payé 250 dollars chacun pour assister à la collecte de fonds libérale et qu'il valait la peine d'entrer dans le bâtiment pour exprimer ses préoccupations.Il a ajouté que Trudeau n’avait répondu à aucune de ses questions.«C'est frustrant. Il y a beaucoup d'émotions lorsque je vais dans ces salles et que je m'adresse à lui sur un sujet aussi grave», a-t-il dit.M. George a ajouté qu'il comprenait pourquoi certaines Premières nations soutenaient le projet de pipeline Trans Mountain.«Vous envisagez des pays qui ne peuvent plus chasser ou se rassembler. Ils doivent accepter ces offres.»Le discours de Trudeau était le premier des deux levés de fonds libéraux à Vancouver.Son gouvernement a acheté l'oléoduc Trans Mountain et son projet d'expansion pour 4,5 milliards de dollars. La construction a été suspendue en août dernier après que la Cour d'appel fédérale a annulé le permis fédéral accordé au projet.Le projet permettrait de tripler la capacité actuelle de la région d’Edmonton à Burnaby, en C.-B., et d’accroître de sept fois le nombre de pétroliers dans le bras Burrard de Vancouver.La deuxième collecte de fonds de Trudeau a eu lieu au restaurant Neptune Palace Seafood, où les billets ont coûté 1 500 $ par personne, soit 750 $ pour les adultes de moins de 35 ans.

Posted by Alex Parent on Thursday, May 23, 2019

Pour vos actualités c’est : DixQuatre.com

Faites pas les timides donnez votre avis !
Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus