Sandra Rapattoni serait une victime de Daniel Laframboise

perreault-pieces

Aujourd’hui, Sandra Rapattoni ainsi que son avocate Me Isabelle Martineau avaient convoqué les médias au palais de justice de Rouyn-Noranda pour faire un annonce. Me Isabelle Martineau nous a annoncé l’arrêt des procédures contre madame Rapattoni. 

Point de presse

Voici le point de presse, tenu vers midi aujourd’hui, de Me Isabelle Martineau ainsi que de sa cliente, Sandra Rapotonni, dans l’affaire Daniel Laframboise au palais de justice de Rouyn-Noranda.

Rappel des faits

Rappelons que Sandra Rapattoni a été arrêtée le 1er août 2018, en même temps que son ex-conjoint, Daniel Laframboise, en lien avec avec le dossier d’agressions sexuelles, séquestration ainsi que de voies de fait armées sur deux présumées victimes.

L'enquête préliminaire de Daniel Laframboise

Les chefs d’accusation qui pesaient contre cette dernière étaient : 

  • Agression sexuelle;
  • Agression sexuelle causant des lésions;
  • Extorsion pour avoir tenté de forcer la victime à être la soumise de Daniel Laframboise.

Les faits qui lui ont été reprochés se seraient déroulés sur une période de 11 ans, entre 2007 et 2018.

Elle a été remise en liberté quelques jours plus tard sous certaines conditions à respecter.

Arrêt des procédures

La Couronne a annoncé un arrêt des procédures (un nolle prosequi) dans les deux dossiers (totalisant sept chefs d’accusation) qui pesaient contre Sandra Rapattoni.

C’est une prérogative du Directeur des poursuites criminelles et pénales qui fait suite à des discussions entre ce dernier et la défense depuis le début du dossier.

Donc, les conditions qui avaient été imposées à madame Rapattoni lors de sa remise en liberté ont été levées.

Nolle prosequi

Nolle prosequi est un terme juridique de l’art et une expression juridique latine signifiant «ne pas vouloir poursuivre», une phrase qui ne «poursuit pas». C’est une expression utilisée dans de nombreux contextes de poursuite pénale en common law pour décrire la décision d’un procureur de suspendre volontairement les accusations criminelles soit avant le procès, soit avant qu’un verdict ne soit rendu. Cela contraste avec un licenciement involontaire.

Soulagement

Me Isabelle Martineau se dit heureuse de cette décision puisqu’elle considérait madame Rapattoni comme une victime de monsieur Laframboise, depuis le début des procédures.

Sandra Rapattoni dit être soulagée de cette décision. Elle mentionne également qu’elle ne reviendra pas s’installer à Rouyn-Noranda puisqu’elle est déjà établie dans le nord de Montréal et refait peu à peu sa vie.

Victime

Il est à noter que que quatre chefs d’accusation avaient été ajoutés au dossier de Daniel Laframboise. Les chefs en question sont en lien avec son ex-conjointe, Sandra Rapattoni qui est considérée comme une victime.

Sandra Rapattoni , une victime de Daniel Laframboise

Daniel Laframboise aurait induit ou tenté d’induire Sandra Rapattoni, par des menaces ou par la violence, à lui trouver des filles, ou du moins à tenter de le faire. Ces faits se sont déroulés entre 2005 et 2019, soit sur une période de 13 années.

La suite des procédures

Nous ne pouvons pas non prononcer pour le moment sur la suite des procédures concernant ce dossier où Sandra Rapattoni est considérée comme une victime de Daniel Laframboise.

Mention : Yvon Moreau et RNC MÉDIA

À lire également :  De nouvelles accusations pèsent contre Daniel Laframboise

Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus