Nouvelle trouvaille néo féministe : le viol par le regard !

Chaque fois que je pense que nous avons touché le fond du baril avec une nouvelle lubie néo féministe, il se trouve des excentriques pour me démontrer « qu’il y a encore beaucoup de chemin à faire », selon l’expression convenue. 

Par

Olivier Kaestlé

Après le patriarcat du steak, l’air conditionné sexiste, la fermeture éclair dorsale oppressive, la galanterie violente, les changements climatiques patriarcaux et la « culture du viol » omniprésente dans nos universités, voici les femmes visées par un nouveau péril dont la plupart ne soupçonnait même pas la réalité : le viol par le regard !  On rigole plus, là.

La paranoïa sexuelle érigée en système

C’est un article du magazine Libération qui nous annonce cette nouvelle trouvaille avec une introduction pour le moins sidérante :

« A partir de quel moment le regard posé sur vous porte-t-il atteinte à votre intégrité ? Venu des Etats-Unis, le concept de «eye rape» gagne l’Europe. Pourra-t-on bientôt porter plainte contre un regard jugé insistant, dégradant ou non-désiré ? »

Vous avez bien lu.  Et ne croyez pas que ce genre de lubie ne nous ait pas déjà atteint.  J’ai déjà glissé dans un ou deux de mes billets cette citation révélatrice, datant déjà de 2015, du Comité Femme de l’université Laval, obnubilé par la « culture du viol » :

« Un regard trop insistant, une blague insidieuse, un geste inapproprié, la persistance d’un flirt non désiré, tout cela participe à la culture du viol. »

Vaudeville militant

« Un regard trop insistant…  Culture du viol… » L’article de Libération nous illustre par ailleurs de quelle façon stupidement agressante, des « militantes » s’y sont prises pour « sensibiliser » les méchants hommes, de facto considérés comme nécessairement prédateurs sexuels :

« 14 juin 2019, Genève. Lors d’une grande marche pour les droits des femmes, une cohorte d’adolescentes se met à scander un slogan –«Ne nous regardez pas !»–, en faisant tout ce qu’elle peut pour attirer l’attention. Longeant la terrasse d’un café où des gens sont paisiblement attablés, elles redoublent d’énergie –«Ne nous regardez pas !» Fusillant du regard les hommes (héberlués) devant qui elles passent, elles leur intiment l’ordre de détourner les yeux, comme si le fait d’être vues portait atteinte à leur personne. Le spectacle est absurde mais significatif : partant du principe que le «regard masculin» (male gaze) est par essence celui d’un prédateur –un regard qui vous déshabille–, certaines femmes l’assimilent à une forme insupportable de domination. »

Paranoïa de domination masculine et sexuelle

Bref, nous ne sommes pas loin de la paranoïa de domination masculine et sexuelle entretenue par nos néo féministes québécoises à propos de la galanterie, qui serait à leurs yeux, au mieux, du « sexisme bienveillant », au pire, une « forme de violence et de possessivité », comme nous l’a révélé Judith Lussier.

Au Québec, en Suisse ou ailleurs, on observe la même obsession à voir du harcèlement sexuel dans les comportements les plus anodins :

« Depuis 2012, la définition du harcèlement sexuel s’est d’ailleurs à ce point élargie qu’elle inclut maintenant les notions dangereusement floues de «dignité» et d’«offense».

« (…) A Lausanne, depuis novembre 2019, une app permet de «signaler» à la police toutes les formes d’inconduite sexuelle, telles que : «sifflement», «remarque à caractère sexuel/sexiste», «bruitage, gestes obscènes», «frottement», et… au sommet de la liste, «regard insistant». »

Ça pourrait nous arriver

Imaginez, des policiers, sans doute en effectifs aussi insuffisants que chez nous, contraints, sous peine de se voir accusés de complicité avec les « agresseurs », d’intervenir à la moindre plainte de « regard insistant ».  Et que faut-il penser des plaignantes, si fragiles qu’un regard suffise à les bouleverser ?  Ne se trouvent-t-elles pas infantilisées comme de pauvres petites choses sans défense ?

Nous n’en sommes pas encore rendus là, mais nos idéologues universitaires entretiennent un tel climat de paranoïa sexuelle, que ce qui arrive en ce moment à Lausanne pourrait bien atteindre nos localités.   Notre système d’éducation est déjà intoxiqué, comme je le soulignais il y a deux ans.

« Pas équipés pour comprendre ce qu’est le consentement »

Les notions de ce qu’est une agression sexuelle sont devenues à ce point confuses, qu’Hélène David, alors ministre de l’Enseignement supérieur, avait jugé opportun de déclarer déjà en novembre 2017 :

« Les cégépiens ne se sentent pas équipés pour comprendre ce qu’est le consentement. Même après avoir vu la vidéo sur la tasse de thé […] ils avouent ne pas être capables d’évaluer par eux-mêmes s’ils ont toujours donné leur consentement », a-t-elle mentionné. »

Souhaitons-leur de pouvoir retrouver leurs salles de cours…  Bien sûr, des jeunes adultes ayant bénéficié d’un solide environnement familial trouveront ridicules les prétentions de l’ex-ministre, avec raison, mais qu’adviendra-t-il de jeunes insécures et manipulables, une fois contaminés par le discours victimaire et alarmiste ambiant.  N’oublions pas la déclaration du Comité Femme de l’université Laval : même un regard insistant participe à la « culture du viol »…

Des « sentinelles » à la rescousse !

La situation est à ce point consternante, semble-t-il, que nos établissements collégiaux nécessiteraient l’instauration de « sentinelles » afin de protéger nos étudiantes contre les dangereux prédateurs que sont nos garçons, comme l’expliquait le comité de la condition des femmes de la Fédération des enseignantes et enseignants de cégep (FEC-CSQ) :

« En matière de prévention, l’une des idées proposées par le comité de la condition des femmes est de créer, dans chaque cégep, un « comité intercatégoriel de concertation » composé de représentants étudiants et syndicaux, d’une infirmière, d’un psychologue, d’une travailleuse sociale et d’un membre de la direction, soutenu par un intervenant spécialisé provenant d’un organisme d’aide aux victimes. »

Ne souriez pas trop vite…

Imaginez si le viol par le regard finit par être reconnu socialement.  Faudra-t-il mobiliser l’armée, les corps policiers, dans nos établissements et partout ailleurs ?  Ce concept ridicule peut faire sourire.  Celui voulant qu’un jour un ado puisse se déclarer de sexe opposé sans que l’on puisse le contredire sous peine d’être accusé de transphobie aussi aurait pu faire sourire il y a quelques années.  Il est maintenant réalité…

Pour vos actualités c’est : DixQuatre.com

Publicité de remorquage

Faites pas les timides donnez votre avis !
Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus