Droits et libertés en 2020 (Seconde partie)

Nous continuons en seconde partie de discuter des droits et libertés de la personne. La pandémie de COVID-19 a rendu particulièrement fragile la liberté d’expression. Plusieurs gouvernements s’attaquent à celle-ci sous le prétexte de protéger la population de toute désinformation possible au sujet du virus de même que ce que l’état qualifie désormais de « Fake-News », c’est à dire, « fausses » nouvelles.

Par : Stéphane Gagné

« Fake-news! » Pis après?

Vous êtes d’avis que cette histoire de coronavirus est un coup monté? Vous serez probablement censuré par les Facebook et YouTube de ce monde. D’ailleurs vous n’êtes pas sans savoir que le premier ministre Trudeau a annoncé qu’il dépensait des millions pour dorénavant « contrer » ce qu’il voit comme de la désinformation. Jamais la liberté d’expression n’a été attaquée sur une échelle aussi grande que maintenant! Que ce soit sur le virus, le 5G, Donald Trump, les complots, les fake-news, et même tous sujets que quelqu’un quelque part juge inappropriés… vous n’avez plus le droit d’en parler!

Ceci va non seulement à l’encontre de la liberté d’expression, mais aussi à la liberté des médias (appelée communément; liberté de presse) car un média ce n’est pas uniquement une station de télé.

Qu’est-ce qu’un « média »?

Un média ce n’est pas quelque chose qui nécessite la « permission » d’un gouvernement pour exister! Ça aussi c’est dans la plupart des chartes dignes de ce nom! Une des raisons pour ça est que les médias d’information servent entre autres à faire connaitre au grand public des faits qui autrement pourraient lui être cachés, et tout particulièrement pour tenir nos gouvernements sous surveillance. (Ce n’est pas moi qui viens d’inventer ça. Une brève recherche sur « médias d’information » vous le confirmera.) Ironique n’est-il pas que ça semble précisément être pour cacher des choses que la liberté des petits médias de citoyens soit soumise à la censure?

Depuis 2019 les médias majeurs semblent souvent se donner pour mission de s’attaquer à ce qu’ils considèrent comme de fausses nouvelles (fake-news). Se sentiraient-ils menacés dans leur monopole à… manipuler l’information?

Et les complots?                                                                                                                                                               

Au moment où j’écris ces lignes, Mario Dumont discute sur LCN d’un projet sérieux de « traçabilité » qui sera « fortement suggéré » aux Canadiens. Du même coup il évoque les gens qui craignent pour la sécurité des données concernant leur vie privée et il amoindrit l’aspect pourtant TRÈS sérieux de cette réalité en parlant de gens qui craignent les « théories du complot ». Immédiatement après il parle de la forte possibilité que le Canada soit le premier pays à développer un vaccin contre le COVID-19 et du risque que le gouvernement se fasse voler la formule de ce précieux vaccin.

Quel oxymore!

Autrement dit, le gars rit de ceux qui craignent de se faire voler les données sur leur vie privée, MAIS admet que la formule d’un vaccin pourrait se faire voler! Quel oxymore! Pouvons-nous cesser de rire des risques réels de complots et réaliser que Facebook a bel et bien été reconnu coupable de vente de données personnelles de Canadiens? Que Desjardins s’est fait voler des données d’une certaine majorité de ses clients? Que le gouvernement canadien vient lui-même être victime de fuites de données statistiques qui, selon le président de la firme de gestion d’obligations AlphaFixe Capital, sont très inquiétantes. Dans le média La Presse il avance : « Cette fuite menace et fragilise l’intégrité des marchés canadiens. De plus, elle pourrait être criminelle s’il s’agit d’information matérielle non publique qui permet d’engendrer un gain financier ».

Une amende de 5 milliards

Des complots tout ça, et pourtant des complots tous bien réels. Ces choses ne sont pas arrivées sans que quelqu’un n’ait comploté le méfait au préalable. C’est la définition d’un complot. Si Facebook a été condamné à payer une amende de 9 millions de dollars ici au Canada (le maximum permis par la loi est de dix millions), aux États-Unis il a été reconnu coupable des mêmes méfaits et c’est une amende de 5 milliards (américains) que le média a dû payer, et ça ne s’est pas fait par inadvertance. Ces méfaits avait bien été complotés par Facebook volontairement; d’où ces condamnations.

 

Mais encore?

D’ailleurs concernant les théories du complot j’ajouterais qu’en ce moment même plusieurs pays se mettent en accord pour demander des comptes à la Chine, l’accusant d’avoir retenu des informations vitales sur la propagation du COVID-19 envers le reste de la planète. Tous ces gouvernements en accord sur une… THÉORIE DE COMPLOT?!? Il nous faut donc croire que certains complots et méfaits existent! Nous avons donc ici, avec des faits, toutes les raisons valables d’être inquiets pour les intrusions possibles envers notre vie privée! Même la respectée organisation « Human Right Watch » entretient de sérieuses réserves sur ce qui se passe actuellement.                                                                                                                                  (Soulignons que cette organisation n’accepte AUCUN don de la part de gouvernements.)

Encore plus de… faits!

— Selon le média européen L’Express : En Israël, des espions traquent déjà les malades via leurs téléphones.
— En Thaïlande, la liberté d’expression est sous de graves attaques. On ne parle même plus de simple censure ici; mais d’accusations criminelles! Le 16 mars dernier, Danai Ussama a simplement écrit sur Facebook qu’à son retour de Barcelone, il n‘a rencontré aucun effort de dépistage pour le coronavirus de la part de l’aéroport de Bangkok, chose confirmée aussi par d’autres passagers de son vol (et que les autorités de l’aéroport ont nié, bien entendu). Résultat : Danai a reçu des accusations criminelles qui, s’il est reconnu coupable, pourraient lui valoir jusqu’à 5 années de prison, ainsi qu’une amende équivalant à plusieurs milliers de dollars.
En Hongrie le premier ministre Viktor Orban s’est décrété de vastes pouvoirs qui donnent à son gouvernement la permission de porter lui aussi des accusations criminelles contre toute personne qui exprimerait des propos susceptibles d’être faux ou tordus et qui pourrait « alarmer » ou « agiter » un grand nombre de personnes. Ce « crime » peut désormais valoir au coupable plusieurs années de prison.
— Je termine avec le cas du Pérou où le président Martin Vizcarra a fait passer une loi qui protège les corps policiers de même que les soldats pour la période de la crise du COVID. Cette loi fait en sorte qu’aucun soldat ni policier ne sera tenu responsable de tous décès ou blessures qu’il pourrait causer dans l’exercice de leurs fonctions! Vous pouvez le croire ça?                                                                                                                 

Droits humains!

De la fiction? Des théories de complot? Non! On ne prétend pas que la terre est plate ici, ni que le virus a été créé par « complot ». Nous parlons de la précarité actuelle de nos droits humains! Dans des pays pourtant membres de l’O.N.U. et qui à ce titre devraient appliquer sa Charte des Droits ; ne serait-ce qu’à des fins de guidance pour leurs propres nations!

Le pire est que ce n’est peut-être que le début. Après tout je vous rappelle le plus triste :
On nous annonce une deuxième vague.

Pour vos actualités c’est  : DixQuatre.com

Faites pas les timides donnez votre avis !
Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus