Allégation d’agression sexuelle et de séquestration contre le chanteur Éric Lapointe

C’est au tour du chanteur Éric Lapointe de passer dans le tordeur des allégations de nature sexuelle anonyme sur la page Facebook Hyènes en jupons.

Voici le témoignage de le femme

 »Je regarde la vague de dénonciations depuis une semaine… et ça fait une semaine que je suis malade. Autant physiquement que mentalement. J’ai peur. J’ai le goût de vomir mon expérience, mon agression. Mais j’ai peur. Trop souvent, on m’a agressée verbalement ou physiquement. Cette fois-là, ça été la goutte de trop : je vais parler.

Comme figurante

J’ai fait un vidéoclip comme figurante, il y a autour d’une dizaine d’années. Déjà — à mon arrivée — j’aurais dû voir que ça allait finir mal puisqu’on me proposait de l’alcool et de la coke sur le comptoir. J’aurais dû appeler mon agent et partir. Mais je voulais rester professionnelle. J’ai simplement dit non merci, car je voyais toute l’équipe; maquilleur, technicien, réalisateur et j’ai eu un sentiment de sécurité. Même la famille du chanteur était là (sa blonde, son enfant et même sa belle-mère). Donc, je suis restée. La journée est longue et c’est décousu. Je vois d’autres figurantes faire de la coke. Je ne me sens pas bien. J’ai le goût de partir. C’est enfin rendu une de mes scènes avec le chanteur (qui boit depuis le début du tournage). Il est déjà très saoul. On se place, on fait la scène plusieurs fois. Il doit me prendre dans ses bras. J’ai peur qu’il m’échappe. Une fois que le réalisateur dit « Parfait ! On l’a ! On fait le set pour la prochaine scène guys », je demande à Éric Lapointe de me poser à terre.

Il me jette sur le lit

Il rit et s’en va (avec moi dans ses bras) dans une pièce avoisinante. Il me jette sur le lit, ferme la porte et me dit « on a le temps de se toucher un ti peu ». Je me lève et lui demande d’ouvrir la porte. Il rit et essaie de me toucher. La taille, les seins, les fesses. Je prends ses bras et lui dis : « NON ARRÊTE ». J’essaie ensuite d’ouvrir la porte, ça ne marche pas. Je ne sais pas si c’est la panique ou qu’elle était barrée. Je lui demande d’ouvrir la porte. Il rit et essaie encore de me toucher. Il continue à dire qu’on a encore le temps de s’amuser « un ti peu ». Je lui dis encore non en repoussant ses mains, il revient toujours à la charge et n’arrête pas de me toucher. Je lui dis de rester professionnel et que sa blonde en plus est en bas ! Il me répond « Penses-tu qu’elle le sait pas que je fais ça, elle a marié Éric Lapointe ! ». Ça m’a dégoûtée. Elle était juste à côté. Il continue et je lui dis que j’ai un chum (ce qui n’était pas vrai). Il me demande de l’appeler pour lui demander la permission. Il cherche mon cellulaire et le trouve. Je lui dis de lâcher ça. Et revient encore en continuant de me toucher avec des « aweille, juste un ti peu ». C’est là que j’ai vu qu’importe ce que je disais, il allait continuer. J’ai entendu quelqu’un approcher. J’ai crié. « OUVREZ LA PORTE. JE SUIS LÀ. »

J’avais le goût de vomir

Le réalisateur ouvre la porte et me voit. Ses yeux changent. Il voit la panique dans mes yeux. Je lui dis de ne plus jamais me laisser seule avec lui. Il me dit « je m’en occupe » et va parler à Éric. Je m’en vais toute tremblotante à l’autre set pour la prochaine prise. J’essaie d’oublier ce qui vient de se passer. Éric, encore tout amusé, arrive avec le réalisateur et demande un gros close-up de mes yeux. Éric vient vers moi, arrive à quelques centimètres de mon visage avec son haleine alcoolisée et dit devant tout le monde « Je veux un close up de de ses yeux. Ses yeux me font bander ». J’avais le goût de vomir.

Ça me dégoûte

Depuis cette expérience, quand quelqu’un me dit que j’ai des beaux yeux, j’ai juste la voix d’Éric Lapointe qui dit que mes yeux le font bander. Ça me dégoûte. J’ai également de la méfiance envers les hommes maintenant. Je n’ose plus aller prendre des cafés pour affaires car je n’y crois pas. J’ai peur qu’on m’agresse ou que ce soit un prétexte pour me proposer quelque chose qui n’a rien de professionnel. Je ne comprends toujours pas pourquoi je suis restée ce jour-là. J’aurais dû suivre mon instinct et partir. Juste à écrire ces mots, j’en tremble. C’est assez. »

Mise à Jour , réaction du groupe Éric Lapointe 

Voici le post Facebook en question 

TW : agression sexuelle, séquestrationÉric Lapointe***''Je regarde la vague de dénonciations depuis une semaine……

Posted by Hyènes en jupons on Wednesday, July 15, 2020

Pour vos actualités : DixQuatre.com

Faites pas les timides donnez votre avis !
Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus