Noël et la covid-19 : qu’auraient choisi mes parents ?

Bien que mes parents soient décédés, une question me trottait dans la tête peu avant Noël. Je m’étais demandé quel aurait été leur choix si nous avions eu un gouvernement compétent et respectueux du droit des gens de choisir entre passer Noël avec leurs proches, au risque de contracter la si maléfique covid-19, et rester en sécurité, mais isolés.

Par

Olivier Kaestlé

Mon père, capitaine d’infanterie

Mon père a fait la guerre dans l’armée française, comme capitaine d’infanterie, puis dans la résistance, a été prisonnier dans l’un des pires camps de concentration nazis, à Schirmeck, Alsace, en plus de survivre à une péritonite, à une pleurésie, à la gangrène, plus tard à une thrombose, à un cancer du poumon et à un petit infarctus.

C’est finalement l’usure de tant d’épreuves qui devait l’emporter à 78 ans, soit 51 ans après qu’un médecin l’eut déclaré condamné à ma mère.  Mon père avait un esprit de contradiction qui devait s’inscrire loin dans le temps…

Ma mère, infirmière de guerre

Ma mère, de son côté, devait lui survivre presque 20 ans, après avoir été infirmière de guerre, puis infirmière dans la société civile en plus de transiter un certain temps en femme au foyer.  Son expérience de guerre l’a obligée à côtoyer la mort de près, ainsi que mille souffrances et périls, dans des conditions de travail qui feraient passer celles de nos infirmières pour relaxantes.

La question

La question que je leur aurais posée, bien sûr, s’ils avaient eu le choix entre les deux options que je leur aurais proposées, aurait été la suivante :

« Préférez-vous passer Noël seuls entre vous et vous protéger de la covid, ou prendre le risque de l’attraper en le passant avec nous ? »

Bien sûr, on pourra sans doute m’accuser de faire parler les morts – aux États-Unis, on les fait maintenant voter démocrate – mais je jurerais que je pourrais les entendre me répondre :

« Tu sais, fiston, on a fait la guerre, vu mille misères, survécu à tant d’épreuves, pour le temps qu’il nous reste, nous ne voyons pas pourquoi il faudrait nous priver de votre présence.  Après tout, ce Noël pourrait être notre dernier, covid ou pas, alors pourquoi ne pas profiter du peu de temps qu’il nous reste ?  Mieux vaut risquer que de regretter. »

Heureusement, mes parents ont échappé à Legault !

Je suis content que mes parents n’aient pas eu à traverser l’épreuve que leur aurait infligé la CAQ, un gouvernement obtus, brouillon, fermé à toute alternative humaniste, incapable de se remettre en question, et qui semble ne vivre que pour infliger davantage de mesures répressives, arbitraires, improductives dont l’inefficacité est sans cesse validée par l’expérience.  …Dont ce gouvernement n’apprend jamais.

Ma mère a dû finir ses jours en CHSLD, étant donné que je ne pouvais plus m’en occuper et qu’elle représentait un risque pour elle-même et pour nous.  Je frémis à l’idée de ce qu’elle aurait pu subir, si elle avait vécu sous la férule de Legault.  De trop fortes possibilités qu’elle aurait fini ses jours abandonnée, déshydratée, affamée, isolée et souillée dans ses excréments.  Quelle fin horrible aurait été la sienne !

Mesures répressives et improductives

Et maintenant, malgré le confinement, les cas augmentent.  Ils continueront d’augmenter avec le couvre-feu, preuve ultime de la stérilité de ces mesures.

Le gouvernement maintient sa campagne de peur en affirmant que le système est sur le point de craquer… comme à chaque année à pareille époque, covid ou pas.  J’ai travaillé sept ans en milieu hospitalier, j’ai été payé pour le savoir.

Urgence très relaxe…

Début décembre, je suis allé avec mon fils, qui s’était blessé à la main, à l’urgence du CHRTR, l’hôpital régional de Trois-Rivières.  Il y avait tout au plus cinq personnes.  L’infirmière qui a reçu mon gars était tout à fait relaxe.  Dans une urgence où le délai d’attente s’inscrit bon an mal an parmi les pires au Québec, mon fils a eu son congé deux heures et demie plus tard. Incroyable !  Pourtant, les médias nous radotent que les urgences débordent…

La grippe a disparu !

Le « bon » docteur Arruda affirmait par ailleurs récemment qu’il n’y avait plus de cas de grippe et que si l’on présentait des symptômes, « c’est probablement la covid. »  Le dos me démange à l’endroit de ma poignée…

Dans toute société, si civilisée soit-elle, il y aura toujours une poignée de « délinquants ».  Aussi, Legault et ses complices pourront toujours trouver des boucs-émissaires pour continuer d’imposer encore plus de restrictions et continuer à détruire notre tissus social, notre économie, notre jeunesse, nos aînés, notre avenir.

« Notre crédulité fait toute leur science. »

Et il se trouvera une majorité de « normidiots » pour applaudir et pour blâmer les « irresponsables, égoïstes et narcissiques » qui, pensent-ils stupidement, sont à l’origine de tous leurs problèmes.

Si, dans un tel contexte, vous espérez un retour à votre « vie d’avant », tirez un trait dessus…

Je vous laisse sur cette citation de Voltaire, l’un des auteurs préférés de mon père :

« Nos prêtres ne sont pas ce qu’un vain peuple pense, notre crédulité fait toute leur science. »

Comprenne qui pourra…

Pour vos actualités c’est : DixQuatre.com

Faites pas les timides donnez votre avis !
Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus