Ghislain Loisellle

Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

Une importante chute de la rivière Kipawa fait honneur à la star Lana Turner

S’il est une chute qui est bien connue, au Témiscamingue, c’est bien la Grande chute, sur la rivière Kipawa, pas très loin de son exutoire, entre Fabre et Laniel. Mais il y en a une autre aussi fantastique que les gens ne connaissent pas vraiment. C’est la chute Turner, sur le même cours d’eau, mais beaucoup plus en amont, au nord-est du lac Sair, en sol témiscamien, toujours.

Tiguidou!

On a de ces expressions au Québec et ailleurs dans le Canada français qui font qu’on se demande vraiment d’où elles peuvent bien venir. Si seulement elles viennent de quelque part, je veux dire si elles sont rattachées à une quelconque réalité. « Tiguidou » en est une. Qui ne la connaît pas et ne l’utilise pas à l’occasion? Mais ce mot a tellement l’air d’être n’importe quoi.

Un bourgot, ça vous dit quelque chose ?

Un jour, une amie m’a parlé d’une « call » à orignal. Je n’ai pas allumé sur le coup. Elle parlait de l’instrument qui sert à appeler l’orignal, mâle ou femelle. Chez nous, dans ma famille, on a toujours appelé ça un bourgot. Je pouvais bien ne pas comprendre le mot « call », anglais en plus. Si encore elle avait dit appelant… Il est vrai qu’on dit souvent « caller ». Mais on dit aussi appeler.